Le monde du travail est en constante évolution. Une évolution qui provoque des tensions sur tous les plans, même dans la vie de tous les jours :  Tu as d’un côté des entreprises qui subissent toutes ces mutations « la grande transformation »[1] dans leur organisation et pour survivre, elles recherchent « le truc », l’équilibre entre bonheur et travail[2]. D’un autre côté, tu retrouves des hommes et des femmes qui en ont marre de travailler jusqu’à 40 heures par semaine pour gagner le SMIC et se sentent enfermés entre 4 murs comme dans Prison Break.

L’une des solutions les plus en vogue aujourd’hui est la création d’entreprise (l’entrepreneuriat). Pourquoi veux-tu entreprendre ? Pour être autonome. Hum… avant de prendre cette décision, voici 3 choses à savoir avant de décider d’entreprendre :

1. Tout ce que tu sais de l’entrepreneuriat est FAUX 

Aujourd’hui avec tous ces reportages à la télé et surtout la fucking success story de Steve Jobs, on nous vend beaucoup trop de rêve ! Comment dire… les gens subissent des pressions énormes à trop vouloir ressembler et s’inspirer de nombreux personnages. C’est vrai, nous avons besoin de modèle, mais ne jamais perdre de vue que chacun écrit SON histoire et à SON rythme.

L’entrepreneur ce n’est pas toujours le super héros qui se donne la mission de bouleverser son temps et les générations, c’est aussi le boulanger qui crée son propre confort et implicitement celui des autres qui ont le même besoin que lui : manger du bon pain.

Tu rencontreras tout type de personnes : Les empiristes, ceux qui savent absolument tout parce qu’ils en sont à leur énième affaires. Impossible, rien ne les échappe. Les pessimistes, ceux qui ont l’habitude de projeter leurs peurs et leur pseudo « réalisme » sur toi et les optimistes (tes proches, etc.). Sache tout simplement que dès l’instant où tu te mettras à ton compte, tu seras SEUL face à toi-même. Tu devras rapidement confronter ton idée au terrain pour voir si elle est bonne ou mauvaise et savoir passer à autre chose lorsque tu fais des erreurs.

En gros, L’entrepreneuriat c’est la manière dont tu utilises tes ressources (atouts, réseaux, etc.) pour atteindre tes objectifs. Il n’y a pas de code, pas de formules magiques. Il n’y a que toi, ton sérieux et ta détermination.

2. Comme dans SPLIT, tu devras avoir plusieurs personnalités

Certains experts ou consultants en création d’entreprise appellent cela « casquettes ». Les banquiers parlent souvent de « posture ou profil ». Il est donc important d’avoir 3 casquettes pour faire le parfait équilibre entre savoir-faire et savoir-être :

  • Le professionnel: celui qui maîtrise son métier, son domaine, sa passion. Il est donc capable d’innover tellement il se fait plaisir de créer.
  • Le gestionnaire: celui qui est attentif et méticuleux dans la gestion quotidienne de son entreprise. Un peu comme la « maîtresse de maison » aux taquets pour gérer son foyer.
  • Le commercial: le genre capable de parcourir des kilomètres pour trouver de nouveaux clients. Une façon de dire que la plupart des entrepreneurs pensent que s’ils présentent une bête de produit, il va se vendre comme des petits pains. ERREUR ! Le client, on va le chercher.

Si par chance, tu ne possèdes que l’une de ces casquettes, tu pourrais être soit un très bon salarié épanoui dans son travail (tu es payé parce que tu es compétent dans ton domaine et c’est parfait!), soit un simple chef d’entreprise. Mais pas un entrepreneur. Tu saisis ? il y a une sacrée nuance. La solution, c’est d’acquérir ses compétences.

« on ne naît pas entrepreneur, on le devient »

3. Ne pas négliger un accompagnement

Il n’est pas obligatoire mais il est nécessaire. Être accompagné(e) te permet non seulement d’avoir toutes les cartes en main mais t’aide à réfléchir sur ton projet et ton envie d’entreprendre. Échanger avec les autres te donne les avantages de « l’intelligence collective ». En gros, tu as différents angles sur ton projet que tu ne pouvais pas voir tout/toute seul… mais encore faudrait-il que tu acceptes d’être accompagné. S’il faut te payer une formation, pour accéder à des connaissances nécessaires, ne t’en prive pas ! Un investissement est toujours fructueux dans le long terme !

T’en as qui ne perdent pas leur temps. Ils écrivent leur projet sur papier et vont voir les proches pour quelques crédits. Ils commencent leur petit commerce qui sera au bout de 6 mois en faillite : « bon, ça n’a pas marché ». Non, tu n’as pas tenu compte de ton besoin de financement (besoins initiaux) et de ta trésorerie, tu ne connais même pas ton point mort[1]!

C’est peut-être chiant les business plan et couteux parfois, mais c’est un document qui te permet de maîtriser ton projet et de savoir réellement dans quoi tu t’engages.

Si tu me dis que de nos jours, il y a trop d’organismes, des personnes qui accompagnent au point de ne pas savoir vers qui te tourner, moi je te dis que c’est bon signe. Les entrepreneurs sont le plus souvent solitaires dans leur business mais ils ne sont pas du genre à s’isoler. Regarde les dans les salons de networking, tu vas vite comprendre. 

Ce sont des personnes qui s’informent, apprennent constamment. Et peu importe l’image du super héros que l’on nous vend aujourd’hui, ils sont riches d’expériences parce qu’ils sortent de leur zone de confort pour OSER LA DIFFÉRENCE.

 

Si tu tiens compte de ces 3 choses à savoir avant de décider d’entreprendre, je pense que tu as un aperçu assez large de ce qui t’attends de l’autre côté…

« Le bonheur est accessible, il suffit simplement de trouver sa vocation profonde et de se donner à ce qu’on aime avec un abandon total de soi. » Romain gary

 

Limbola.

 

————————-

[1] Inspiré de Karl Polanyi dans  “La Grande Transformation

[2] On peut donner comme exemple le concept de l’entreprise libérée, les postes « responsable du bonheur », etc.

[3] La date à laquelle tu commences à faire des bénéfices, le montant à partir duquel tes charges sont couvertes.